L'ensemble du site Internet est pleinement fonctionnel. Retrouvez vos rubriques préférées en activant la recherche (loupe). Exemple : pour les menus de la restauration scolaire tapez "menu" dans la barre de recherche...

Les Temps Anciens de Paucourt

Les éléments présentés dans cette page sont issus d'une exposition qui avait eu lieu en 2000 et dont le titre était "Paucourt , du néolithique à l'an 2000".
Vous trouverez aussi sur cette page un texte qui retrace les conditions de vie à Paucourt au 18° siècle ainsi que des articles parus dans les anciennes éditions du Vivre à Paucourt.

La clairière aux mille Pommiers

(extrait du bulletin municipal 2004, texte de Michel Girardy, rubrique “Le saviez-vous?”)

Ainsi qualifiait-on la partie de la commune de Paucourt située au centre du massif forestier jusque dans les années 1960. D’autres y voyaient une « Petite Normandie ».

Les plus anciens habitants se souviennent avec émotion du spectacle romantique qu’offraient les arbres en fleurs à la fin du printemps, « comme s’il avait neigé sur la clairière ». Il reste malheureusement peu de pommiers dans les champs et seul un cliché pris d’avion dans les années 1950 permet de se faire une idée de la profusion de ces arbres qui, pendant des siècles, ont contribué à créer un paysage rural exceptionnel tout en procurant à ses habitants un complément de revenu non négligeable.

La production familiale de fruits constituait jadis une ressource alimentaire importante et convoitée. Ainsi, en 1537, un acte notarié précise que Nicolas Regnauldeau, habitant Montargis, donne en location à Jehan Morin et à Jehan Bouteronet des terres qu’il possède à Poucourt (ancien nom de Paucourt) moyennant 20 boisseaux de seigle et « la moitié des fruits ». Conditions identiques mentionnées dans un acte de 1587. En 1743 Eutrope Chauvelin est engagé comme jardinier au château de la Motte où il sera logé et pourra disposer « du jardin et des fruits à condition d’en fournir au seigneur de Santigny lorsqu’il viendra à Poucourt ».

Certes les pommes n’étaient pas les seuls fruits cultivés à Paucourt. En 1548, une plainte est déposée pour « vol de prunes » sur une parcelle située à la Mothe de Paucourt. En 1662 Georges Guyon, seigneur du même lieu, achète un arpent où « y a quantité d’arbres fruitiers »pour 200 livres tournois. En 1697, on apprend que la métairie de Montcousson (ou Moncochon, [aujourd’hui disparue dans le forê])] possédait « 60 arbres fruitiers, tant pommiers, poiriers, pruniers et guigniers »..

La commercialisation des fruits est sans doute la conséquence d’une production particulièrement abondante due aux qualités du terroir. Un acte de 1647 indique que « Pierre Mégence » est « marchand de fruits et hostellier à Poucourt ». En 1652 ce sont les noms de « Louis Thonnellier »et de « Pierre Legros » qui figurent comme « marchands fruitiers  à Poucourt ». En 1660 on trouve « Nicolas Joma » qui exerce cette profession (la famille est encore présente sur la commune). Dans les années 1670 on trouve encore dans la profession les noms de Sulpice Thonnellier, Barthélémy Petit , Guillaume Petit, Jean Petit, François Gillet, Suplice et Jacques Sevin.

La réputation des pommes de Paucourt avait même franchi les limites du canton et les quantités négociées étaient considérables. En 1677« Michel Mégence achète tous les fruits de la Daslonnerie » (sud-est de la rue du Stade) pour 120 livres. Le 12 décembre 1687, le même Mégence « s’engage à livrer de jour en jour et dans le jour de Noêl prochain venant, au port de Puits Lalaude, à Laurent Vergne, marchand à Montargis, la charge du bateau appartenant à Jean Nepveu, de pommes qui sont de présent dans un grenier de la maison où demeure led. Megence et ce qu’il faudra de plus pour charger ledit bateau de 2 pieds de charge le fond compris, sera pris sur les fruits qui appartiennent au dit Mégence qui sont dans une chambre dépendant du lieu de Bellebat, tant renette, soury, que courtpendu, … le sieur Vergne sera tenu retenir à chacune livraison, sans aucun rebus sinon celles qui seront entièrement pourries ou qui seront seulement pourries de la largeur du pouce, dans lesquels fruits il n’y aura aucune pomme de trochette. .. le surplus sera fourni en pommes de Locard seulement » pour 300 livres dont 150 à la première livraison. « Vergne sera tenu de fournir un homme nuit et jour pour aider à décharger les fruits et les mettre dans le bateau à ses frais ». Ce contrat nous apprend qu’il s’agissait de fournir des pommes à couteau (Locard) et non des pommes à cidre (Trochet[te]) . Ces chargements étaient destinés à être vendus à Paris.

Le siècle suivant a sans doute connu la même activité puisqu’en 1700, Thimothé Vergne, achète « les fruits de la métairie des Libordes  à La Chapelle St Sépulcre » pour alimenter son négoce. Les archives au delà de cette date ne sont pas en notre possession.

Pour se faire une idée de la valeur de ces contrats il faut savoir que vers 1600 une tête de bétail valait 20 livres ; un cheval 25 livres ; un boisseau (13 litres) de froment 1 livre; un arpent de vigne 240 livres ; un arpent de pré 60 livres à 100 livres. Vers 1700 un boisseau de seigle valait 40 sols (2 livres) ; une vache=20 à 25 livres ; un bœuf=24 livres ; un cheval=60 à 80 livres.

Les variétés de fruits : Pommiers :- Sébin carrée(= Sébin vert) en forme de coeur utilisées pour le cidre ou comme pomme à couteau conservées tout l’hiver dans de la balle d’avoine ou de la poudre de liège dans des tonneaux .Sébin jaune (hâtif,) Sébin grappe (cidre), Locadt (mixte), Bassard, Belle Fleur, Pigeonnet, Trochet gris, Petit Trochet. (cidre) Trochet (saulet),. reinette grise (couteau).

Poiriers : Poires de Sauge (immangeables) pressées seules donnaient une boisson proche du vin blanc ; mélangées aux pommes, elles donnaient le Poirée.

Poires de Renard et poires de Beurrée (gris et Hardy). Poires de Curé (conservées jusqu’en mars). Quelques sujets âgés de plus de 150 ans subsistent sur la commune

Les soins apportés aux arbres fruitiers : Nettoyage des bois morts, suppression du gui (« aguitage ») obligatoire avant le 15 avril sous peine d’amende par la gendarmerie. Piochage autour des troncs.

La multiplication : était obtenue par greffes sur des sauvageons récupérés en forêt (malus).

La récolte : Toute les familles étaient mobilisées. Les branches étaient secouées avec des crochets ou en montant dans les ramures, ce qui entraînait parfois des chutes.

Les quantités de fruits : Les arbres à maturité donnaient entre 500 et 600 kilos de fruits. Certains atteignaient 1000 kg. Le rendement était de 60 à 70 litres de jus pour 100 kg de fruits.

L’usage qui en était fait : Jusqu’en 1940 on expédiait encore des pommes à couteau vers Paris. Les charrettes étaient chargées à Fontenay. La plus grande partie était destinée à la fabrication du cidre pour la consommation locale. Les fermiers de Beauce en achetaient pour la boisson des ouvriers agricoles. Le surplus était livré à la cidrerie de Château Renard.

Le marc de pommes était distillé par le bouilleur de cru (Mr Chaudagne de Ferrières, Mr Dumont) qui s’installait derrière le lavoir jusque dans les années 1970.

Les restes de cidre étaient transformés en vinaigre.

Les modes de presse : Il y avait un pressoir hydraulique fixe à la maison Dunis, rue de Cepoy, qui a cessé son activité pendant la guerre 39-45. Un autre construit par Mr Marc Dufour, rue de l’Eglise, n’a fonctionné que quelques années. Certains possédaient des pressoirs individuels manuels.

Les fruits étaient mis en sacs, chargés sur des charrettes avec les tonneaux pour aller au pressoir. La presse effectuée, les tonneaux, qui contenaient soit environ 120 litres de cidre (feuillettes), soit 240 litres (pièces) et le marc étaient rechargés sur les charrettes puis redescendus chez les particuliers à l’aide de poulains (sorte d’échelle à barreaux métalliques cintrés).

Après la guerre est apparu un pressoir ambulant ce qui évitait toutes ces manipulations. La tournée est actuellement assurée par la famille Riboulet de Bransles mais, hélas, le nombre de personnes ayant recours à ses services diminue d’année en année.

La disparition des pommiers a commencé avec la mécanisation des modes de culture. Le premier tracteur a fait son apparition en 1947. L’utilisation des socs multiples et des moissonneuses-batteuses était gênée par le grand nombre de pommiers disséminés dans les champs. Par ailleurs la production de pommes de plein vent ne pouvait pas compenser l’augmentation des rendements en céréales et la production des nouvelles variétés dans des vergers de plusieurs hectares. C’est ainsi qu’après la guerre 39-45, Mr Mermoz, qui devint maire par la suite, planta un verger encore visible rue de Cepoy. Il commercialisa sa production jusque dans les années soixante.

Ainsi en moins de vingt ans le paysage de la clairière a été complètement modifié. La population a triplé et dans les jardins les essences ornementales ont remplacé les pommiers qui avaient fait la réputation de la clairière.

Michel GIRARDY

Paucourt au 18° siècle, la population être 1708et 1780 (synthèse d'une étude de Claude Brunet)

Les baptêmes et les décès:

- les naissances ne dépassent régulièrement les décès qu’à partir de 1751.

- la mortalité infantile ne régresse pas pendant la décennie. Elle se maintient entre 30 et 40 % ( 30 % des enfants meurent avant 1 an).

- un enfant qui dépasse l’âge de 6 ans possède par la suite de grandes chances d’atteindre l’âge de 20 ans.

- les épidémies jouent un grand rôle sur la mortalité.

- l’espérance de vie des hommes (44 ans) est inférieure à celle des femmes ( 50 ans).

 

L’évolution des mariages: comparaison de la décennie 1710-1720 et de la décennie 1751-1760.

L’âge du mariage:

- les garçons se marient plus vieux d’une période à l’autre ( 24 ans à 27 ans).

- les filles se marient plus jeunes d’une période à l’autre ( 24 ans à 22 ans).

La durée du mariage:

- un mariage ne dure en moyenne que 10 ans.

- les remariages sont nombreux pour des raisons matérielles.

- d’une période à l’autre, les durées de veuvage ont tendance à raccourcir pour les hommes (de 2 ans à 7 mois) comme pour les femmes ( de 2 ans à 18 mois).

- les femmes de 30 à 40 ans épousent plus souvent des jeunes hommes d’au moins 10 ans leur cadet (de 1 mariage dans ce cas à 4 mariages).

La composition des mariages:

- la paroisse est plus ouverte sur l’extérieur à partir de 1750.

- ceci est dû pour une part à l’ouverture de chemins (Bois le Roy en 1749 par ex).

- c’est la femme plus souvent que l’homme qui vient de la paroisse voisine.

- ce déficit de femmes en âge de se marier sur la paroisse peut s’expliquer par l’afflux d’hommes du fait de l’exploitation forestière (scieurs de long venus du Lyonnais et du Forez).

 

Les professions:

- Paucourt vit plus de sa forêt que de ses champs. On trouve les professions de domestiques, manœuvres et laboureurs comme dans toutes les paroisses, mais on trouve aussi de nombreux muletiers, voituriers par terre, scieurs de long, 1 ou 2 marchands de bois, quelques gardes.

- On peut d’après les remariages repérer les parcours professionnels suivants:

* un fils de laboureur se retrouve volontiers domestique puis muletier.

* un manœuvre devient muletier.

* un muletier devient volontiers voiturier par terre.

- Il s’en dégage une espèce de hiérarchie des professions: la profession de muletier paraît être une promotion par rapport à celle de manœuvre et de domestique. Et le muletier aspire à devenir voiturier, voire même laboureur.

_________________

L’histoire de Edme Lerond, manœuvre: une chaîne parentale

 

Il a encore sa mère et deux frères, mais il vient de perdre Edme, son père, et d’avoir 25 ans. Il est majeur. En février 1720, il épouse Edmée Tonnelier. Elle n’a pas encore 20 ans mais son père est mort quand elle en avait 12 et sa mère s’est remariée depuis peu avec un veuf.

En 7 ans de vie conjugale elle va donner le jour à deux garçons.

Edme Lerond meurt en 1727 à 31 ans. Sa femme Edmée Tonnelier se remarie un an après avec Charles Martin, manœuvre lui aussi dont le père est mort et qui n’a encore que 23 ans, 4 ans de moins que la veuve. En 13 ans de vie commune, 5 enfants vont naître, soit un tous les trente mois en moyenne.

Deux de ces enfants vont mourir, l’un à 5 mois, l’autre à 6 ans. En 1743, en pleine épidémie, c’est au tour de la mère de mourir à 42 ans, qui laisse 2 enfants du premier lit et trois enfants du deuxième.

Charles Martin, à 38 ans n’attend pas deux mois pour se remarier avec Marie Anne Relié.

Les deux garçons nés du premier lit, des adolescents n’ont plus rien de commun avec le nouveau couple. L’aîné mendie et meurt quelques années plus tard à 22 ans suivi par son frère peu après.

Le deuxième mariage de Charles Martin va durer 15 ans et va voir la naissance de 6 enfants. Trois de ces enfants vont mourir: le premier après quelques jours de vie, le deuxième à l’âge de un an et le troisième à quatre ans.

En 1758 le foyer s’éteint : le père (53 ans) et la mère (40 ans) meurent en laissant trois orphelins de 8 ans, 5 ans et deux mois.

Le prieuré de Montcochon

 extrait du bulletin municipal 2009, rubrique LE SAVIEZ-VOUS ?, article de Michel Girardy, résumé d'une étude de Gaston Leloup.

LOCALISATION DU DOMAINE DE MONTCOCHON

Il se situe dans le quadrilatère formé par les actuelles routes des Sept Frères, du Mardeleux, du Conservateur et de Cepoy à Paucourt, dans les parcelles 41, 42, 43 de la Série Ouest. Après la chute des feuilles, les promeneurs attentifs pourront retrouver des restes de fossés, seuls vestiges apparents de près de 7 siècles de présence humaine.

Le seul témoignage qui subsiste de nos jours est le nom de Montcochon porté par un hameau de Fontenay. Ce hameau, situé à peu de distance au sud du Boutoir, a dû être construit sur les 5 arpents de terre et de marais, ancienne dépendance de Ste Marguerite, et en perpétue le souvenir.

ORIGINE DE MONGOUSSON (Montcochon)

Le nom de Mongousson (Munguncen) apparaît pour la première fois en 1173, date à laquelle Pierre de Courtenay, cinquième fils de Louis le Gros, fait don de la terre de Mongousson au frère bénédictin Sevin de Chappe. Il ne dut pas résider longtemps à Mongousson car, en 1174, il céda ce lieu aux soeurs de la Madeleine (Prieuré orléanais).

Par un acte antérieur à 1183, Pierre de Courtenay confirma la donation de Mongousson(= Mongeaut) : « Au nom de la Sainte Trinité…Nous, Pierre de Courtenay … Nous voulons qu'il ne soit caché à personne que nous avons donné aux susdites moniales le lieu appelé Mongeaut … Et pour que cela soit confirmé, nous avons marqué le présent acte de l'impression de notre sceau ».

Cet acte est confirmé par Philippe Auguste en 1183. L'année suivante, il donna aux moniales de Montgochon la dîme du pain et du vin de sa table quand lui et la reine seront à Montargis et Paucourt (Pogo).

Dans les actes cités, on constate des variations des noms de lieu très sensibles : Munguncen (1173), - Mongeaut (avant 1183), - Mongochaut (1183), - Monguostum 1184), - Mongochon (1184). Les Soeurs de la Madeleine persisteront ,jusqu'au XVIIIe sècle à donner le nom de Mongousson au domaine alors que localement ce nom évoluera en Moncochon ou Montcochon.

LE PRIEURE DE SAINTE MARGUERITE DE MONGOUSSON,

Les moniales étaient installées au prieuré en 1184 comme il est indiqué dans la donation de la dîme du pain et du vin du Roi. D'après De Vauzelle qui ne précise pas ses sources, le prieuré fut occupé jusqu'à la fin du XIVe siècle.

Au XVe siècle la discipline de l'ordre s'était fort relâchée. L'abbesse de Fontevrault, Marie de Bretagne, s'attacha à réformer I'ordre. Un acte de Mai 1476, qui est une déclaration des appartenances de Ste Marguerite de Mongousson, semble consacrer la sécularisation du lieu.

Les religieuses durent donc décider d'arrenter (louer) le domaine par bail emphytéotique. Par ces baux de très longue durée, le preneur et ses héritiers jouissaient des biens pour une redevance annuelle fixée pour toute la durée du bail, à charge de fournir une hypothèque en caution. Le domaine n'était plus qu'une simple propriété agricole, mais qui bénéficiait de privilèges attachés à l'exploitation obtenus par les religieuses au cours des siècles.

LE DOMAINE DE MONGOUSSON DU XVIe AU XVIIIe SIECLE

Le premier détenteur connu est Estienne Regnard, marchand à Montargis, qui prend à bail le domaine pour 120 ans à charge de 25 livres par an, le 5 août 1563, devant Sébastien Blanchard, notaire, à Orléans (B.N., man. franç. 11984). Ce bail resta dans la même famille probablement jusqu’à son échéance. Le bailleur suivant apparaît dans un acte de 1697 sous le nom de Claude Guérignon. De nombreux métayers ont pu être recensés.

PASSAGE DU DOMAINE A GUILLAUME BOUVIER, PUIS AU DUC D'ORLEANS.

Le 22 septembre 1721, les Prieure et Religieuses de la Madeleine lès Orléans cèdent à Guillaume Bouvier, chevalier, Seigneur de la Motte Bouron,... la terre, fief et seigneurie de Mongousson .

En 1729, le Duc d'Orléans ayant émis le désir,(qui était un ordre), d'acquérir le domaine, Bouvier cède au duc d'Orléans « le fief et terre de Montcochon, situé en forest de Montargis estimé à 6556 livres 11 sols 8 deniers ». Dans les quinze ans qui suivirent, l'administration du Domaine du duc d'Orléans fit démolir les bâtiments et replanter la clairière de Montcochon, ce qui entraîna en 1745 une réclamation du curé de Paucourt, Duchesne, à cause de la perte de casuel (honoraires) entraînée par cette disparition.

Le lavoir de Paucourt

extrait du bulletin municipal 2003, rubrique “Le Saviez-vous?”

 

Le bâtiment de la mairie de Paucourt était un ancien presbytère, devenu mairie en 1988. La mare qui l’entoure était le vivier du curé.

En 1896, le conseil municipal proposa l’installation d’un lavoir public sur cette mare.

Extrait de la délibération du conseil municipal du 15 novembre 1896 : « considérant que l’établissement d’un lavoir public serait un véritable bienfait pour la population de la commune, le conseil autorise en conséquence monsieur le Maire, à se pourvoir immédiatement auprès de l’autorité compétence pour obtenir toute autorisation à cet effet et prie Monsieur le Préfet du Loiret d’intervenir auprès de l’autorité diocésaine pour obtenir l’autorisation de construire à l’entrée du vivier du presbytère un lavoir public »

Mais le curé ne l’entendait pas ainsi et ne souhaitait pas de lavoir sur son vivier.

Après maintes péripéties, c’est le Président de la République de l’époque, M. Félix FAURE qui, par décret, autorisa la commune de Paucourt à installer le lavoir public sur les dépendances du presbytère (décret fait à Paris le 10 novembre 1898).

Le lavoir fut enfin construit en 1900 et utilisé jusque dans les années 50. Depuis il ne cessa de se dégrader….

Une équipe de bénévoles paucourtois décide en 1993 de reconstruire le lavoir de Paucourt et cette réhabilitation dura deux ans.

 


 

Retour en haut de page